Si l’aube est douce

Comme si les lèvres riaient

les dents avalent

la gorge déployée

et le son

qui remonte en dedans

le soleil

explose dans les rires

Comme si le monde

montait le volume

Comme si la nuit

ne voulait pas se taire

pour qu’existent les étoiles

inventer la musique

Comme si la musique

avait enfanté du jour

et la nuit

parrainé la naissance

de l’aube

où tout se fait tumulte

excitation des sens

Comme si je voulais dormir

les yeux restent ouverts

ils tournent dans le vide

s’accrochent au néant

je les ferme sur nous

sur la tendresse

Comme si tout cela

n’avait pas d’importance

la légèreté

des mœurs et l’ivresse

Comme si peut-être

la liberté se cachait

dans le pli du coude

quand les lèvres s’y posent

et rient

pour faire naître le jour

Publicité