Raisons vernaculaires

Un cyclone 

Des parois dévastées 

Dans le cerveau ombilical

Le bruit sourd du tumulte 

En dedans 

Ici tout est calme

Le château flotte dans le coton 

Molletonné 

Il faudra s’y blottir

Véhicule lunaire 

Rompre la pesanteur 

Elle dit 

J’étais accrochée par la racine et j’ai mangé de la terre

Pour que poussent dans la tête 

Des fleurs non venimeuses 

Le corps est lourd

Je n’ai pas d’inquiétude 

Regarde l’absence de plis sur mon front

Je souris légèrement

Les lèvres remontent vers le ciel et le visage s’anime

Elle dit 

Je veux rester dans la vie (que se passe-t-il à coté ?)

Le visage est une surface 

Une façade poreuse

Il cache la plateforme 

L’intérieur 

Cossu et sombre 

Des rats grignotent les fils de la raison

Une fée passe régulièrement les recoudre 

Elle dit 

Regarde, je t’apprends à faire tes lacets 

De jolis nœuds 

Que les rats ne voudront plus ronger 

Le silence est profond

Il fait bon ici 

Publicité