Euphories

Au bord des lèvres

l’âme qui s’élance

contre la digue

contre ce résidu de toi

accroché au rocher de mon vieux corps

je déchirerai à la lame

les lambeaux et la peau

Contre les vieux os de cette histoire

les squelettes du souvenir

Contre Kundera et Rohmer

les prophéties

nos projets avortés

Contre les poèmes et l’amour

les représailles

de la joie crue

parce qu’il faut en finir

Contre l’égo blessé

ce qui est tordu en dedans

le clou rouillé

l’oxyde qui infuse dans le cerveau

s’insinue dans les veines

violacées

la maladie

Contre les relations satellitaires

Contre nos jalousies

ce besoin d’appartenir

de posséder

l’unicité et la chair

Contre le monde retrouvé

aux portes de nos tombes

Contre l’ennui

la nuit qui n’en finit plus

Contre les langues mélangées

Contre nos excès et l’envie

de nourrir la bête

la transe

les maudits

Contre le corps que je laisse parfois

au pas de la porte

la chair meurtrie

le lendemain     

Contre celle que j’étais

j’ai besoin de croire

à l’âme qui se relève

Contre celle que je suis

j’ai besoin qu’elle meure

pour que l’âme guérisse

Publicité